la marée des mots

Au Café maritime, « La Favorite », frégate négrière (suite)

Une séance du Café maritime, le 31 mars dernier, n’a pas été suffisante pour suivre tout le voyage de « La Favorite », frégate négrière du milieu du XVIIIe siècle. La suite a lieu le jeudi 28 avril prochain, toujours au Caen Yacht Club.

Grâce au journal de bord du capitaine de ce navire de la Compagnie des Indes, Philippe et Hubert Caplet, historiens amateurs, ont pu reconstituer sa route. On a ainsi suivi « La Favorite » depuis son départ de Lorient le 10 mai 1743 en direction de l’embouchure du Sénégal. Il faut rappeler les difficultés d’un tel voyage à une époque où le calcul de longitude en mer n’était pas encore possible, où les cartes marines ne représentaient qu’une ébauche des côtes rencontrées et où les tensions politiques rendaient inquiétante chaque rencontre avec un vaisseau anglais.

Arrivé au Sénégal, le capitaine de Sanguinet a appris avec mécontentement qu’il lui faudrait transformer son navire en négrier et prendre part au fameux commerce triangulaire. Le chargement de 507 Noirs sur une coque d’environ 35 m avec un équipage de plus de 70 hommes montre bien dans quelles conditions s’amorçait ce voyage vers Saint-Domingue

St_Domingue_1725_comparaison_realite                                                                    L’ile de Saint-Domingue telle que dessinée au XVIIIe siècle. En rouge son contour rectifié.

C’est là qu’avait dû s’arrêter la première séance, dont la présentation a suscité un vif intérêt. Hubert Caplet va donc développer la suite, où l’on verra comment les morts vont jalonner la traversée vers Saint-Domingue, quelles méthodes de navigation permettaient d’arriver à bon port. Puis, c’est la vente des esclaves et une nouvelle transformation de la frégate en vue de son retour vers la France avec les cales remplies d’une marchandise précieuse. On percevra les inquiétudes des marins dans la tempête ou dans une arrivée vers la Bretagne sous la menace d’un corsaire anglais.

 

trafic d'esclaves Le marché des esclaves d’après une reproduction de l’époque.

Cette étude du manuscrit du journal de bord ne veut pas donner de leçon sur la déportation des Noirs. Elle vise seulement à comprendre comment les choses se sont passées. Ce document représente une source d’informations extrêmement riche sur la navigation d’une période précédent des découvertes ou inventions majeures. A mi-chemin entre Christophe Colomb et notre époque, il met en évidence à quel point les améliorations dans la navigation maritime sont récentes. C’est aussi un témoignage direct sur la traite négrière dont la lecture, de l’écriture même du principal protagoniste, ne peut laisser indifférent.

Jeudi 28 avril, 18 h 30, au Caen Yacht Club, 2, quai de la Londe. Participation : 2€. Inscription recommandée : 02 31 28 58 46  ou cyc.animation@gmail.com
Voir aussi le site : www.fregatelafavorite.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *