la marée des mots

François Levalet, la photo à  hauteur de cerf-volant

Depuis sa création, la Marée des Mots réserve une place aux photographes. Après ceux de Christophe Hurel, Antoine Soubigou, Bernard Louvel, Gilles Regnier, la manifestation caennaise accueille pour sa cinquième édition les travaux de François Levalet. Ses photos ont la particularité d’être prises à partir d’un cerf-volant. François Levalet s’en est fait une spécialité. Il présente là une série de dix vues de littoral normand. A voir à la galerie Mancel, dans l’enceinte du château de Caen, vendredi 30 septembre et samedi 1er octobre 2016.

Actuellement, on peut découvrir dans la salle de l’Echiquier du musée de Normandie (château de Caen) des grandes photographies de monuments et sites en relation avec l’histoire de Guillaume le Conquérant. L’année 2016 marque le 950e anniversaire de la Bataille d’Hastings (1066). Ces documents donnent une bonne idée de la spécificité du travail de François Levalet : la photographie aérienne en gardant les pieds sur terre.

R0007300

« De ma formation de géographe, explique François Levalet, j’ai sûrement retiré un attrait pour la lecture des paysages. C’est même devenu une habitude avec le temps : le plaisir de se poster sur une colline, à regarder le panorama alentour, en essayant de lire dans les reliefs les particularités de la géologie, de comprendre l’action des hommes sur leur territoire.

« La photographie par cerf-volant, poursuit-il, est venue comme un excellent moyen de prolonger mon regard, de porter un œil neuf sur le monde. Ce moyen me permet de faire partager aux yeux de tous ces multiples points de vue, de faire découvrir nos paysages  et notre patrimoine quotidien sous un angle inédit.

Tel un oiseau qui se pose sur le faîtage d’une église ou à la cime d’un arbre, l’appareil porté par le cerf-volant m’offre un outil exceptionnel pour raconter l’histoire d’un territoire, tandis que les deux pieds restant bien au sol, dans la boue ou la poussière, m’autorisent toutes les rencontres possibles.LEVALET

Car, commente François Levalet, c’est sûrement ça qui apporte à la photographie aérienne par cerf-volant ce supplément d’âme. A l’inverse d’un survol rapide en hélicoptère, l’envol de mon cerf-volant provoque à tous les coups la rencontre, ici un groupe d’enfants joyeux, là une personne âgée sortie de son potager. »

Depuis 2008, l’année de son premier cerf-volant, dix-huit ans après son premier appareil photo, François Levalet a réalisé d nombreux reportages pour de collectivités et institutions. Parallèlement ses photographies sont utilisées par des journaux et magazines. On lui doit les illustrations des livres suivants: « Les plages du débarquement vues du ciel » (40 photos, 2013, Ysec Editions) ; « L’Orne à tire d’aile » (300 photos, 2015, Orep Editions). Il a exposé au Manoir du Tourp, à Omonville-la-Rogue (Manche) ; à l’Ecomusée de la Baie du Mont Saint-Michel, à Vains/ Saint-Léonard. Il vient également d’exposer des photographies en plein-air aux Traversées de Tatihou, toujours dans la Manche.

www.francoislevalet.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *